La préservation des dauphins et des baleines

Les baleines, les dauphins et les requins pourraient trouver un refuge dans les eaux britanniques après qu’une étude indépendante, publiée la semaine dernière, a exhorté le gouvernement à resserrer les mesures de préservation pour certains sites sous-marins en Angleterre et en Irlande du Nord. Bien que les aires marines protégées (AMP) couvrent déjà 40% des mers anglaises, le comité d’examen – dont les membres comprenaient des universitaires, des défenseurs de l’environnement et des représentants de l’industrie maritime, dirigé par l’ancien ministre du Defra, Richard Benyon – a constaté que le système actuel ne permet pas aux écosystèmes de récupérer en entier. Ils recommandent d’introduire de nouvelles zones marines hautement protégées (HPMA), où toute activité susceptible de causer des dommages serait interdite comme celle de nager avec les dauphins.

Les organismes de conservation accueillent favorablement la proposition. Lissa Batey de The Wildlife Trusts note que, si le gouvernement adopte intégralement les suggestions, les HPMA «protégeraient tout ce qui se trouve à l’intérieur de leurs frontières, y compris les espèces mobiles et migratrices – [c'est-à-dire] tous les habitats et la faune, contre les petits bernard-l’ermite vivant fonds marins aux dauphins et aux requins pèlerins qui sont des visiteurs occasionnels. Par conséquent, tout l’écosystème de cette région en bénéficiera. »

Jean-Luc Solandt de la Marine Conservation Society ajoute qu’une «  ceinture bleue  » centrée sur les HPMA augmenterait non seulement le nombre de poissons, leur taille et la diversité de la vie des fonds marins, mais aussi fixerait plus de carbone sous l’eau, tout en conduisant à «  plus d’opportunités pour la pêche en dehors des zones sans pêche et plus d’avantages socio-économiques ». Cependant, ajoute le Dr Solandt, pour que tout cela se produise, les nouvelles zones de haute protection devraient être fermées, avec un suivi et une surveillance rigoureux et «des conséquences plus strictes pour ceux qui ne respectent pas ces lois et directives».
dauphins (3)
La Fédération nationale des organisations de pêcheurs rétorque que l’interdiction de la pêche dans les AMP «serait un coup de marteau» pour les communautés côtières dans une période déjà difficile. Il cite l’exemple de la zone de conservation marine de Cromer Shoal, où une désignation en tant que zone de protection supérieure signifierait la fin de l’industrie locale du crabe. L’examen reconnaît les préoccupations de l’industrie de la pêche et suggère que le gouvernement «en atténue les effets».

Cependant, écrit M. Benyon dans la préface du rapport, le panel conclut qu’il y a un besoin de zones hautement protégées: «[Leurs] avantages substantiels justifient les effets négatifs et nous avons présenté au gouvernement des propositions pour leur désignation.» Carla Passino

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.