Limoger Trump

La mise en accusation, dans la loi typique, une procédure engagée avec un corps législatif entier pour gérer une faute grave avec un agent public ouvert. En Grande-Bretagne, le Home of Commons fait office de procureur et le Home of Lords est évalué dans le cadre d’une procédure de mise en accusation. Au sein du gouvernement fédéral des États-Unis, la House of Associates engage une procédure de mise en accusation en autorisant une enquête officielle par le biais du Home Judiciary Committee, qui peut alors conseiller des articles de mise en accusation (une résolution d’image de mise en accusation) pour un vote à travers la résidence complète (postes de la mise en accusation peut également être lancée à l’intérieur de votre domicile sans enquête formelle). Lorsque les articles sont approuvés, un procès a lieu au Sénat et la confiance est obtenue par un vote d’au moins les deux tiers des sénateurs présents. Dans la Grande-Bretagne, la confiance dans une mise en accusation s’est traduite par de grandes peines d’emprisonnement et même par le rendu, tandis qu’aux États-Unis, les accusations ne s’étendent pas au-delà de la suppression et de l’exclusion du lieu de travail. En Grande-Bretagne, la destitution est née au 14e siècle, au cas où c’était une façon d’engager une procédure pénale basée sur la «clameur» ou le tollé. Le Grand Parlement de 1376 a produit les premiers cas de destitution reconnus, le plus important devenant celui concernant William, quatrième baron Latimer, qui avait été étroitement associé au gouvernement fédéral d’Édouard III. L’objet de la destitution a été fréquemment suivi par les statistiques gouvernementales, généralement les ministres royaux. La circonstance de Latimer représente également l’idée où la mise en accusation est devenue non seulement une méthode pour entamer des procédures illégales mais aussi une technique de test. Après le milieu du XVe siècle, la mise en accusation est tombée en désuétude jusqu’au XVIIe siècle, date à laquelle elle a été relancée en tant que méthode permettant au Parlement de se débarrasser des ministres impopulaires, généralement les favoris des tribunaux gardés par le maître. De 1621 à 1679, de nombreux officiers en chef de la couronne avaient été abattus ou au mieux compromis avec cet outil parlementaire très efficace, parmi eux le 1er duc de Buckingham (1626), le comte de Strafford (1640), L’archevêque William Laud (1642), comte de Clarendon (1667), et Thomas Osborne, comte de Danby (1678). Dans le dernier cas, il a été déterminé que la grâce de ce roi ne pouvait pas empêcher une destitution contre son ministre. Le recours à la destitution a cessé de croître parce que le XVIIIe siècle a avancé, principalement parce qu’il s’est avéré également un outil politique permettant de frapper les ministres du roi. Les limites de la procédure ont été clairement mises en évidence dans le test de destitution non réussi (1788-95) de Warren Hastings. Au début du 19e siècle, la reconnaissance du principe selon lequel les ministres du Cabinet sont responsables devant le Parlement (plutôt que vis-à-vis du souverain) a rendu inutile la mise en accusation, et le traitement est également tombé en désuétude juste après la démo infructueuse de Lord Melville en 1806. Aux États-Unis la méthode de mise en accusation a rarement été utilisée, surtout parce qu’elle est si lourde. Cela peut prendre du temps au Congrès pour obtenir un délai prolongé, charger des milliers de pages Web de témoignages et inclure des demandes politiques contradictoires et problématiques. Tentatives répétitives dans le You.S. Le Congrès pour modifier le processus, cependant, n’a déjà pas réussi, dans une certaine mesure simplement parce que la mise en accusation est considérée comme faisant partie intégrante du système des inspections et des soldes au sein du You.S. gouvernement fédéral.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.